Warrior-Quebec. Serveur 7


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Passion Labienus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
anthik
Warrior-Quebec
avatar

Nombre de messages : 828
Age : 45
Localisation : Blaignan (Aquitaine )
Date d'inscription : 10/09/2014

MessageSujet: Re: Passion Labienus   17/9/2016, 13:45

super beau Smile

c'est bien une cantine qu'il a dans la main ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Labienus

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 57
Localisation : Hesbaye en Belgique
Date d'inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: Passion Labienus   29/9/2016, 19:35

oui bien vu Smile

_________________
"Le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse, l'esprit de clan. Ceux-là considèrent le pouvoir ... comme un simple appendice de leurs affaires privées. Jamais dans toute notre histoire ces forces n'ont été aussi unies contre un candidat, unanimes dans leur haine à mon endroit. Et leur haine me fait plaisir." Franklin Roosevelt octobre 1936
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
anthik
Warrior-Quebec
avatar

Nombre de messages : 828
Age : 45
Localisation : Blaignan (Aquitaine )
Date d'inscription : 10/09/2014

MessageSujet: Re: Passion Labienus   30/9/2016, 19:24

tu me feras gouter Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greg
Admin
avatar

Nombre de messages : 1254
Date d'inscription : 04/01/2014

MessageSujet: Re: Passion Labienus   1/10/2016, 08:31

Toujours aussi magnifique Alain

_________________
180 tentatives de forges
93 Réussites
87 echecs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Labienus

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 57
Localisation : Hesbaye en Belgique
Date d'inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: Passion Labienus   19/12/2016, 19:09

M48A3 Patton





Type : Char moyen
Longueur :  6,88 m
Hauteur :   3,24 m
Poids :   47170 kg
Vitesse maximum : 45 km/h
Blindage : entre 1,3 (sol arrière) et 11 cm (face avant)
Rayon d’action :   463 km
Equipage :  4
Armement : Canon M41 de 90mm, mitrailleuse calibre 30 M1919, mitrailleuse de 12,7 mm


Au Vietnam à cause des rizières et canaux du delta du Mékong ou encore des hauts plateaux la char eut un rôle beaucoup moins décisif que dans les autres conflits. Cependant les blindés jouèrent un rôle important dans la guerre notamment dans l'invasion du Laos en 71.

Le char américain le plus important était le M48A3 Patton. Il s'agissait d'un char moyen entré en service en 1963, évolution du M48 du début des années 50. Il disposait notamment d'un nouveau moteur Diesel en remplacement de celui à essence très consommateur. Des améliorations au niveau des chenilles et des barres métalliques à l'avant pour couper la végétation complétaient les évolutions de ce modèle. Avec ces modifications le Patton devint un char de combat de jungle efficace et fiable. Il supportait toutefois difficilement la surchauffe ou la boue obstruant ces chenilles. Son armement principal était un canon M41 de 90 mm efficace dans les opérations tirant des munitions antipersonnel ou antichars. Un obus incendiaire fut également développé en 1968.

 



Le sujet choisit est une base arrière américaine à environ 25km au nord de Bien Hoa près des rivières Dong Nai et Song Be. Position défensive sur des collines importantes par leurs emplacements.



_________________
"Le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse, l'esprit de clan. Ceux-là considèrent le pouvoir ... comme un simple appendice de leurs affaires privées. Jamais dans toute notre histoire ces forces n'ont été aussi unies contre un candidat, unanimes dans leur haine à mon endroit. Et leur haine me fait plaisir." Franklin Roosevelt octobre 1936
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
anthik
Warrior-Quebec
avatar

Nombre de messages : 828
Age : 45
Localisation : Blaignan (Aquitaine )
Date d'inscription : 10/09/2014

MessageSujet: Re: Passion Labienus   19/12/2016, 20:12

quel boulot ! ce qui m’impressionne le plus c'est le détail des peintures , pas mal pour un noob Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Labienus

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 57
Localisation : Hesbaye en Belgique
Date d'inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: Passion Labienus   19/12/2016, 21:33

Je pense que le 1/35 est la limite pour la peinture des détails, 1/72 c'est vraiment trop petit y a pas de challenge ou avec un pinceau à un poil, par contre niveau matériel de guerre, camion, char, cela passe encore et c'est surtout un gain de place.



_________________
"Le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse, l'esprit de clan. Ceux-là considèrent le pouvoir ... comme un simple appendice de leurs affaires privées. Jamais dans toute notre histoire ces forces n'ont été aussi unies contre un candidat, unanimes dans leur haine à mon endroit. Et leur haine me fait plaisir." Franklin Roosevelt octobre 1936
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Thirius
Admin
avatar

Nombre de messages : 5824
Age : 55
Localisation : Bordeaux - France
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: Passion Labienus   20/12/2016, 05:01

Bravo alain Smile , beau boulot et j'aime bien les explications et les caractéristiques des armements qui vont avec Wink

_________________




""" Notre père qui êtes si vieux
As-tu vraiment fais de ton mieux
Car sur la terre et dans les cieux
Tes anges n'aiment pas devenir vieux """
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greg
Admin
avatar

Nombre de messages : 1254
Date d'inscription : 04/01/2014

MessageSujet: Re: Passion Labienus   20/12/2016, 06:47

Vraiment très joli avec enormement de details.

Tu devrais fait une expo un jour.

_________________
180 tentatives de forges
93 Réussites
87 echecs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anthik
Warrior-Quebec
avatar

Nombre de messages : 828
Age : 45
Localisation : Blaignan (Aquitaine )
Date d'inscription : 10/09/2014

MessageSujet: Re: Passion Labienus   21/12/2016, 20:49

on vient quand ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Motley
Warrior-Quebec
avatar

Nombre de messages : 232
Age : 48
Date d'inscription : 15/10/2009

MessageSujet: Re: Passion Labienus   22/12/2016, 13:17

magnifique !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Labienus

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 57
Localisation : Hesbaye en Belgique
Date d'inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: Passion Labienus   22/12/2016, 14:17

anthik a écrit:
on vient quand ?
:brave bete:

On chasse le noob dans les campagnes Smile


merci à vous pour vos commentaires qui apportent un peu de vie sur le forum :

_________________
"Le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse, l'esprit de clan. Ceux-là considèrent le pouvoir ... comme un simple appendice de leurs affaires privées. Jamais dans toute notre histoire ces forces n'ont été aussi unies contre un candidat, unanimes dans leur haine à mon endroit. Et leur haine me fait plaisir." Franklin Roosevelt octobre 1936
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
anthik
Warrior-Quebec
avatar

Nombre de messages : 828
Age : 45
Localisation : Blaignan (Aquitaine )
Date d'inscription : 10/09/2014

MessageSujet: Re: Passion Labienus   22/12/2016, 20:19

le meilleur travail c'est vraiment les 2 premières vignettes , là c'est parfait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Labienus

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 57
Localisation : Hesbaye en Belgique
Date d'inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: Passion Labienus   23/12/2016, 13:21

qu'il est c.. affraid affraid

_________________
"Le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse, l'esprit de clan. Ceux-là considèrent le pouvoir ... comme un simple appendice de leurs affaires privées. Jamais dans toute notre histoire ces forces n'ont été aussi unies contre un candidat, unanimes dans leur haine à mon endroit. Et leur haine me fait plaisir." Franklin Roosevelt octobre 1936
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
anthik
Warrior-Quebec
avatar

Nombre de messages : 828
Age : 45
Localisation : Blaignan (Aquitaine )
Date d'inscription : 10/09/2014

MessageSujet: Re: Passion Labienus   23/12/2016, 17:45

kiss d'amour Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duncanus
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 3277
Age : 42
Localisation : Dijon, Bourgogne, France
Date d'inscription : 10/11/2007

MessageSujet: Re: Passion Labienus   29/12/2016, 18:55

bravo Alain, j'adore parfaire ma culture militaire qui, je dois l'avouer, pour cette période et ces pays est très lacunaire Wink

Tu me remplaceras à l'occasion quand j'aurai besoin de faire cours Wink

_________________

"Je ne connaitrai pas la peur,car la peur tue l'esprit" Litanie Bene Gesserit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seysilia

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 34
Localisation : Châteauroux
Date d'inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: Passion Labienus   9/1/2017, 00:36

c est trop beau mon ange! RESPECT!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Labienus

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 57
Localisation : Hesbaye en Belgique
Date d'inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: Passion Labienus   13/1/2017, 20:50

Soviet B-4 M1931 203 mm Howitzer

Face a l'obsolescence de plus en plus sensible de l'arsenal d'artillerie lourde soviétique ,le RKKA (Le corps de l'artillerie lourde soviétique) ,émit le 11 décembre 1926 ,un cahier des charges portant sur la conception d'une pièce moderne d'artillerie lourde .Rapidement sur la brèche ,le bureau OND présenta ,le 22 mars 1927 ,trois modèles de pièces ,de calibre 122 ,152 et 203 mm ,conçues par les ingénieurs Lender et Gawryłow .Faisant appel a un concept déjà éprouvé d'affût en deux parties ,le plan de la pièce déjà programmée en 1927 substituait de façon originale les chenilles aux roues, afin de diminuer sa pression au sol .Achevé au début de l'année 1931 ,le prototype d'obusier lourd va alors passer aux polygone de tir afin qu'en soit jugé les prestation .Véritablement couronnés de succès ,la série de test s'achèvent en juillet août de la même année ,la production de la pièce allait bientôt débuter ,le RKKA la baptisant pour l'occasion "203 mm haubica wz. 31" (B-4) .Ne correspondant pas tout à fait aux exigences de l'armée ,la première version fut bientôt modifiée ,et en 1932 apparut un nouveau modèle très légèrement retouché ,le tube passant alors de 22 à 25 calibre .

Caractéristiques :

Dimensions de l'affût :

-Longueur hors tube: 3,981 m
-Longueur avec tube :5,087 m
-Hauteur :1,920 m
-Largeur : 2,490 m
-Poids de l'affût sans tube :12,5 tonnes
-Poids de l'affut avec tube :17,7 tonnes
-Poids en ordre de bataille :19 tonnes

Caractéristiques du tube :

-Calibre :203 mm L/25 .
-Nombres de coups/minute : de 0,5 à 1 coup
-Poids du tube sur sa remorque :10, 6 tonnes
-Vitesse initiale des projectiles : de 575 (projectile brisant ) à 607 m/s (projectile HE) .
-Portée :de 17 890 à 18 025 m selon le projectile employé .
-Élévation :de 0 à 60 °


Arrivant peu à peu en unité au fer et à mesure de leurs production ,les obusiers B-4 M-1931 équipaient fin 1938 quelques 17 régiments d'artillerie ,chacun dotés théoriquement de 36 de ces pièces d'artillerie lourde .Le Baptême de feu de ces mêmes pièces eut en fait lieu au cours de la guerre d'hivers face à la Finlande ,où elles furent engagées au nombre de 142 .Malgré les lourdes pertes qu'avaient subit les unités engagées ,bon nombre de pièces purent être sauvées (aussi parce qu'il s'agit là de pièces lourdes ,censées se retrouver assez loin des premières lignes ,même si tout ceci reste bien théorique ).C'est ainsi que début juin 1941 ,le RKKA pouvait désormais compter en ses rang le nombre respectable de 792 pièces ,pièces qui allaient subir de plein fouet l'attaque allemande du 22 juin .
Perdant rapidement 75 obusiers directement du fait de l'ennemi ,les unités d'artillerie lourde engageant ce type de matériel furent peu à peu écartés de la table des opérations ,le temps que dura l'offensive allemande .S'émoussant en une guerre d'attrition qu'elle ne pouvait gagner ,la pointe d'acier que constituait la Panzerwaffe se vit peu à peu émoussée ,la Wehrmacht fut contrainte a un guerre de position aux portes de Moscou ,à des températures proches de -45° .C'est dans ce contexte que l'utilité d'un obusier tel que le B-4 se retrouve être optimale ,d'où son retour en première ligne ,particulièrement notable lors de la contre attaque de Moscou organisée par Joukov .
Il s'ensuivit plusieurs longues années de guerre souvent marquées par les typiques préparation d'artilleries qui deviendront ainsi les « marques de fabriques » de l'armée rouge ,préparations et combats au cours desquels le B-4 se trouva naturellement sa place .Hormis cette utilisation relativement conventionnelle ,il fut également employé en tir tendu face aux fortifications que les allemands laissèrent un peu partout derrière eux ,tâche sans doutes fort coûteuse en servants ,du fait notamment de l'absence de bouclier de protection .Loin d'être obsolète à la fin de la guerre malgré l'arrivée de pièces lourdes plus modernes ,on comptait encore quelques 760 B-4 M-1931en service en date du 1er mai 1945 ,dispersées en plus de 30 brigades .



















Manque encore les obus qui sont en peinture pour le moment Smile


_________________
"Le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse, l'esprit de clan. Ceux-là considèrent le pouvoir ... comme un simple appendice de leurs affaires privées. Jamais dans toute notre histoire ces forces n'ont été aussi unies contre un candidat, unanimes dans leur haine à mon endroit. Et leur haine me fait plaisir." Franklin Roosevelt octobre 1936
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Thirius
Admin
avatar

Nombre de messages : 5824
Age : 55
Localisation : Bordeaux - France
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: Passion Labienus   13/1/2017, 21:02

Toujours aussi chouette a lire et a regarder Smile

_________________




""" Notre père qui êtes si vieux
As-tu vraiment fais de ton mieux
Car sur la terre et dans les cieux
Tes anges n'aiment pas devenir vieux """
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duncanus
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 3277
Age : 42
Localisation : Dijon, Bourgogne, France
Date d'inscription : 10/11/2007

MessageSujet: Re: Passion Labienus   14/1/2017, 13:47

Quel travail !! quel plaisir dans la lecture et l'observation de ton œuvre, merci lab' !

_________________

"Je ne connaitrai pas la peur,car la peur tue l'esprit" Litanie Bene Gesserit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greg
Admin
avatar

Nombre de messages : 1254
Date d'inscription : 04/01/2014

MessageSujet: Re: Passion Labienus   14/1/2017, 21:04

Tout simplement magnifique

_________________
180 tentatives de forges
93 Réussites
87 echecs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Labienus

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 57
Localisation : Hesbaye en Belgique
Date d'inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: Passion Labienus   14/1/2017, 23:48

J'ai eu pas mal de remarque de mon forum "modélisme" je vais donc empoussiérer la route et ajouter des débris, c'est vrais que pour une rue de Berlin en 1945 c'est vraiment trop propre. affraid

Aux armes pigments et racines je poserai une photo quand il sera "retouché". Sleep Sleep

**************************************************************************************
**************************************************************************************
**************************************************************************************



Mon prochain modèle sera le char Français AMX-30B2  dans une version du quatrième Régiment de Dragon de la Division "Daguet" pendant la première guerre du Golfe début 1991



voici une photo de la boite que j'ai acheté en chine..



Un peu d'histoire:

Le 4e Dragons dans la guerre du Golfe

Par le colonel M. Bourret

  En août 1990, l'invasion du Koweït par l'Irak et la crise qui s'en suit provoquent l'envoi en Arabie Saoudite, sous l'égide l’Organisation des Nations Unies, de troupes américaines, britanniques puis françaises : la 6e Division Légère Blindée (6ème DLB).
 Dès la fin du mois de septembre, compte tenu du durcissement de la situation sur place, le besoin d'un renforcement de la 6e DLB en chars, en artillerie et en hélicoptères de combat se fait sentir. Le 1er escadron du 4e Régiment de Dragons (RD) ou le 2e escadron du 501e Régiment de Chars de Combat (RCC) sont d'abord pressentis, puis l'envoi de ces deux unités professionnalisées est envisagé ensuite pour faire face à une éventuelle demande plus importante, l'État-Major de l'Armée de Terre décide, vers le 5 octobre, de professionnaliser la totalité du 4e Régiment de Dragons à partir du 1er escadron du 4e RD, du 2e escadron du 501e RCC et des engagés de l'Arme blindée et cavalerie dispersés dans tous les régiments de l'Arme. L'éventualité de son engagement est évoquée de façon sibylline… Prêts à partir dès le 1er janvier 1991, sur préavis d'une semaine… et c'est tout.
  La décision d'envoyer en renfort de la 6e DLB, le 4e Dragons, le 11e RAMa et un voire deux régiments d'hélicoptères de combat n'est prise de façon officielle que le 10 décembre 1990. Inutile de dire combien toute cette période a été détestable… longue… incertaine et improductive ! C'est à partir de cette date, même si dès le 15 novembre les premiers engagés et des matériels neufs ont commencé à arriver, qu'il a fallu faire face aux vrais problèmes : Arrivée du gros des engagés (le 17 décembre, c'est-à-dire quatre jours avant le vrai départ, nous étions encore à moins 178…), échange des chars et de certains véhicules jugés trop anciens ou non diesel, départ des appelés, constitution des unités, mise en peinture des véhicules, perception et montage des matériels spéciaux ou expérimentaux, visites d'autorités, etc. Caser un mini week-end de permission.



EN ROUTE VERS L'ARABIE SAOUDITE

       Le 22 décembre, à 12 heures, départ du premier train… 20 heures, départ du deuxième… Le 23 à 12 heures 35, je quittais Mourmelon avec le dernier train… Le 24 décembre, arrivée à La Seyne vers 14 heures… Le débarquement et le conditionnement des chars a duré jusqu'à 1 heure du matin… Joyeux Noël ! Au petit matin, nous embarquions les véhicules sur un porte-container gigantesque : le « Saint-Romain », et nous installions les personnels sur « L'Île de Beauté »… Un peu de repos… Nous appareillons à 19 heures… les lumières de la rade de Toulon… la sirène de « L'île de Beauté »… gorge serrée… puis la mer… la nuit noire… le silence… La traversée se fait par mer calme, le Canal de Suez est franchi dans la nuit du 30 au 31 décembre. Le 1er janvier 1991 est fêté comme il se doit… le champagne est sablé… et sabré aussi !
À bord de "l'Île de Beauté", le 1er janvier 1991.
       Ordre du jour n°3 : « Le moment est venu de concentrer toute notre énergie à la préparation au combat que nous aurons peut-être à mener. Dans quelques jours, dans quelques semaines ? Quand ? Dieu seul le sait ! Ce que l'on sait, c'est que l'ennemi sanctionnera la moindre de nos erreurs ! Je souhaite à l'aube de cette nouvelle année, malgré le peu de temps qui nous reste et malgré nos faiblesses, que nous accédions très vite à la maîtrise totale de la machine de guerre qui est entre nos mains. Nous avons la force morale pour y arriver.
       En 1991, nous relèverons le défi qui nous est lancé ! Pour la gloire de notre cher Régiment et celle de notre Arme, nous « bouterons avant ! »
       Signé :« Bourret »

       Le régiment débarque à Yanbu, en Arabie Saoudite, le 2 janvier ; les matériels n'arrivent que le lendemain. La distance qui sépare ce port sur la mer Rouge de notre future zone de stationnement baptisée « Miramar » est d'environ mille cent kilomètres ; « Miramar » est un carré de désert situé au nord du pays dans la zone des trois frontières à soixante-dix kilomètres d'Hafar-Al-Batin, près de CRK (Cité militaire du Roi Khaled, le Saint-Cyr local)… L'Irak et le Koweït ne sont plus qu'à une heure de route. Le régiment effectue ce déplacement en deux convois, les véhicules à roues partent en premier, les chars suivent à une semaine d'intervalle ; ils arrivent sur « Miramar » le 11 janvier, c'est-à-dire moins d'une semaine avant l'expiration fixé par les Nations Unies à l'Irak et le déclenchement de la phase aérienne de la guerre.

Notre séjour à « Miramar » où la totalité de la Division Daguet est regroupée, n'est que de courte durée (du 11 au 17 janvier), l'installation y est précaire et le premier contact avec la réalité est dur… il nous faut rattraper le retard, tester en vraie grandeur les études menées sur le bateau (modes d'action, emploi des unités, formations, tactique, organisation du commandement, Poste de Commandement lourd, place du chef de corps, organisation et composition des Trains de Combat, etc.), s'aligner sur les autres corps de la division au plan de fonctionnement, au plan opérationnel et s'intégrer au combat de la division… le tout sous menace chimique permanente, menace qui entretenait un climat surréaliste… Les Scud envoyés par les irakiens un peu partout sauf sur nos positions perdues et insignifiantes déclenchaient chez les alliés une véritable psychose… jusqu'à « intercaler » des alertes fictives au milieu de cette hystérie…
Le 18 janvier, la division bascule à trois cents kilomètres au nord-ouest de « Miramar », ceci dans un double but : rejoindre notre ZDA (Zone de Déploiement et d'Attente) et couvrir la mise en place du XVIIIth Corps américain… trois cents kilomètres d'amplitude dont cent sur piste… toute la division sur un seul itinéraire… de nuit… trois heures pour faire les six premiers kilomètres, puis stop sur place… deux à trois heures de repos… les chars sur porte-char… de flanc, le long de la frontière (y compris pour ce XVIIIth Corps…), le tout ponctué par plusieurs alertes Scud… Merci aux guerriers irakiens d'avoir dormi sur leurs deux oreilles cette nuit-là… Avec bienveillance, le jour s'est levé ce 18 janvier 1991 sur « Olive »… nouveau carré de désert sur lequel nous allons continuer à préparer l'offensive terrestre ; nous sommes la position la plus à l'ouest du dispositif allié à environ quarante kilomètres de Rafha.
« Olive » (18 janvier au 23 février)… dernière ligne droite… je la souhaitais la plus longue possible… pas encore prêts, à mon goût… toujours ça de gagné… bien sûr nous avons poursuivi inlassablement l'entraînement en l'étendant aux niveaux interarmes et interalliés… nous avons peaufiné l'entretien du matériel – qui se comportait admirablement bien – nous avons poursuivi nos études… en fonction de l'évolution du renseignement, nous avons élaboré nos modes d'action possibles… nous avons mené une instruction particulière. : blessés, morts, prisonniers, mines, population, chimique… à ce propos, nous avions reçu l'ordre d'abandonner sur place – en relevant les positions – nos morts par arme chimique… comment faire admettre une chose pareille ! … Le jour de cette instruction, il pleuvait, le ciel était noir… gorge serrée… cet ordre a été annulé. Et puis le moment de monter en selle est arrivé… merci mon Dieu de m'avoir donné ces presque deux mois pour nous préparer à affronter le grand jour… une seule chose me tordait les tripes… combien de morts ? Avant d'évoquer les opérations menées les 24 et 25 février, il serait bon de revenir sur la situation du moment puis sur la manœuvre de la Division Daguet.
 - La « situation amie » d'abord :
 Placée à l'ouest du dispositif allié, la division est mise sous OP.CON (contrôle opérationnel) américain ; elle constitue l'aile marchante de la manœuvre d'enveloppement conçue par le général Schwarzkopf ; elle a pour mission de s'emparer (effort principal du XVIIIth Corps US) d'un axe logistique : la MSR « Texas » (Main Supply Road) de cent vingt kilomètres de long aboutissant à l'objectif « White » constitué par le village d'As Salman, important carrefour routier, et de son aérodrome militaire.
La « situation ennemie » ensuite :
 La 45e Division d'Infanterie irakienne (célèbre pour ses combats avec arme chimique contre les iraniens) tient une position intermédiaire entre la frontière et As Salman, laquelle position verrouille l'accès à As Salman. Les renseignements recueillis jour après jour placent sur l'axe « Texas » deux brigades de la 45e division installées en défensive, enterrées sur trois points d'appui (l'ensemble est baptisé « Rochambeau ») figurant sur les extrémités d'un triangle dont la base ouverte nous fait face et dont le sommet constitue le butoir d'une nasse dans laquelle l'ennemi cherchera à nous attirer pour nous y détruire avec les moyens de ses trois points d'appui réunis. Le reste de ses moyens, et notamment sa réserve blindée, est installé sur différents points entre « Rochambeau » et « White », dont « Chambord » immédiatement au nord de « Rochambeau » et « Toulouse » à environ vingt kilomètres d'As Salman à hauteur d'un resserrement du terrain autour de « Texas ».
ARTICULATION ET MISSIONS
   La Division Daguet a été scindée en deux groupements agissant indépendamment de part et d'autre de l'axe « Texas ».

           - Le groupement ouest, aux ordres de l'adjoint opérations du général, est composé du 1er RS, du 1er REC, du 2ème REI, du 11ème RAMa et du 3ème RHC(+) ; il aurait pour mission de s'emparer de « White », en mesure de participer à la conquête de « Rochambeau ».
           - Le groupement est, aux ordres du général, est composé du 4ème RD, du 3ème RIMa, du 1er RHC (-), du 6ème REG renforcé d'un bataillon du génie de la 82nd Airborne ; recevant l'effort de la division, il aurait pour mission de s'emparer de « Rochambeau », en mesure de participer à la conquête de « White ».
           - En soutien, aux ordres de la division, la 2nd Brigade de la 82nd Airborne US et une brigade d'artillerie de cette même 82nd Airborne.

   Idée de manœuvre : Dans sa première mouture, l'idée de manoeuvre qui prévalait à la division était d'utiliser frontalement la puissance de choc du 4e Régiment de Dragons… la « Tactique du bélier » en quelque sorte… pour frayer un chemin au reste de la division !
       Pour nous, tankistes, il était impensable de jouer le jeu idiot du casse-pipe en fonçant tête baissée dans le piège tendu et de ne miser que sur notre puissance de choc pour emporter la décision… nous avions d'autres atouts bien plus efficaces et moins coûteux ! Sachant que nous avions affaire à un adversaire parfaitement au point dans le combat défensif mais figé dans l'application bête de la doctrine soviétique et incapable de la moindre initiative, à nous de porter le combat là où on ne nous attend pas et de combiner trois de nos forces : le choc, le feu, la manœuvre… en faisant largement appel à nos qualités intrinsèques : la mobilité, la rapidité d'exécution et la maîtrise de notre machine de guerre. L'idée de manœuvre que j'ai proposée était donc la suivante : fixer – cloisonner – détruire de flanc… c'est-à-dire de conserve avec prendre contact avec les deux points d'appui de base (sud-est et sud-ouest)… délimiter avec précision leur contour… les fixer par l'artillerie de la division… installer un pivot face au point d'appui sud-est (un escadron de chars AMX-10RC du RICM qui renforçait le 3e RIMa)… faire prendre en compte par la 2/82nd Airborne US le point d'appui sud-ouest… reporter les tirs d'artillerie sur les points d'appui nord et sud-est, en même temps que nous basculerions autour du pivot pour nous installer discrètement sur une base orientée sud-nord à partir de laquelle nous attaquerions de flanc l'ensemble de l'objectif « Rochambeau »… en faisant déplacer les tirs d'artillerie dans la profondeur au fur et à mesure de notre progression… Il a fallu batailler pour faire avaliser, de façon orale seulement… cette idée de manœuvre… le « coup de bélier » est resté longtemps à l'ordre du jour… En accord total avec le chef de corps du 3e RIMa qui partageait mon aversion pour la « Tactique du bélier », nos officiers opérations ont mis au point les détails de notre manœuvre et traduit tout ça en ordres… même si l'ordre opérations de la Division Daguet n'allait pas dans le sens de la fantaisie…

LES OPÉRATIONS

       Je serais tenté, pour évoquer les opérations des 24 et 25 février, de dire que tout s'est passé comme prévu… ce qui est – presque – vrai… les Irakiens se trouvaient là où nos renseignements les avaient positionnés… ils se sont comportés comme nous l'avions imaginé… l'effet produit a été celui que nous escomptions… les études menées sur le bateau se sont révélées parfaitement adaptées… les ordres étaient les bons… Tout s'est passé comme prévu ; il n'y a que deux choses que nous n'avons pas maîtrisées : les prisonniers et le vent de sable… mais quelle aventure ! Quel spectacle ! Que d'émotions !
 Le 22 février, des actions préliminaires sont menées par la division sur « l'escarpement » qui matérialise la frontière : artillerie, commandos, etc., histoire de permettre une entrée en Irak sans perte de temps.
 Le 23 février, avant de quitter « Olive » pour entrer en Irak… j'ai pris quelques minutes pour replier moi-même ma guitoune… j'avais besoin de faire un geste ordinaire… mon conducteur me regardait étonné… il n'y avait plus rien à faire… si ce n'est se dire que tout a été pensé et fait… que nous n'aurions pas pu faire mieux… qu'il fallait avoir confiance… je partais très confiant… à contrecœur, je m'étais même fait à l'idée que je perdrais deux à trois chars à ce jeu du hasard que nous imposeraient les mines… dans ce domaine, personne à la division n'avait résolu le problème… Cet « escarpement » qui surplombait la frontière et qui faisait peur à tout le monde, je ne me suis pas aperçu que nous le franchissions… il faisait beau… un peu frais… il était 14 heures 30… Le soir, j'ai voulu dormir dans ma tente… est-ce que j'avais besoin d'être sécurisé en accomplissant un rituel de tous les jours ? … nuit calme.
  Le 24 février, 4 heures… tout le monde est prêt… je dissuade le général de débuter notre reconnaissance offensive… il fait encore nuit… accordé… 5 heures 30, en avant ! Nous franchissons notre ligne de débouché… paysage très plat… horizon lointain… ciel lumineux… premiers véhicules rencontrés, balayés… premiers prisonniers auxquels on serre la main ! … et auxquels on distribue des boîtes de ration… Je suis dans mon VAB PC, mon char suit et assure notre protection… 9 heures 30, nous prenons contact avec les points d'appui du sud… je fais appliquer les tirs d'artillerie prévus… la Division Daguet avait reçu un renfort (énorme) d'artillerie US, au total elle disposait d'une centaine de canons et d'une vingtaine de lance-roquettes multiples (LRM)… Avec le 3e RIMa, nous assurions l'effort principal de la division et nous bénéficions donc de la priorité des feux… je ne suis pas certain que tous ces tubes se soient mis à cracher en même temps, mais… la terre s'est mise à trembler... le ciel était entièrement rayé par les trajectoires des LRM … un flash gigantesque orange… j'étais descendu à terre… envie de pisser et d'assister au spectacle… les explosions étaient rouges, noires… les odeurs… les ondes de choc… quel moment ! Quel sentiment de puissance ! Impossible d'expliquer… trop beau!
Il faut repartir… il faut donner l'ordre de mise en place de notre manœuvre… il faut… je ne peux plus bouger, je suis devant ma carte… je tremble comme une feuille… je m'accroche très fort à ma tablette… l'émotion ? Le poids des responsabilités ? Le stress ? La trouille ?  j'ai perdu un instant la notion du temps… une minute, deux minutes? … je reprends petit à petit le dessus… l'ordre… tout est clair… net… je suis en liaison avec le chef de corps du 3e RIMa, c'est à moi réglementairement qu'incombe le commandement de la manœuvre… le pivot est en place… les Américains aussi… on bascule… on s'aligne sur notre base de départ… le 3e RIMa est légèrement décalé… en soutien…. « Messieurs les maîtres ajustez vos chapeaux et vos rubans de queue, nous allons avoir l'honneur de charger… Bonne chance à tous»… J'avais déjà donné les ordres, les vrais… mais je n'ai pas pu m'empêcher de rappeler à la radio, à mes capitaines… où se trouvaient nos racines, nos traditions, notre différence, notre panache… « en avant ! »
  Quelle furia ! Encore plus extraordinaire que je l'imaginais ! Le son me paraissait très atténué par rapport à la puissance de l'image : les lignes de défense sont prises à revers… les « bunkers »[7] explosent, s'effondrent, traversés de part en part par nos obus flèches… des véhicules brûlent… impossible de tout voir… et puis, j'ai des tirs d'artillerie à faire déplacer… des avions A10 américains à faire intervenir… ils attaquaient sous les trajectoires d'artillerie ! … Des hélicoptères US nous éclairent dans la profondeur et nous indiquent de nouveaux objectifs… pas de mine pour l'instant… pas de casse non plus… il faut réaligner tout le monde… coordonner les appuis… le canon de 20mm de nos chars fait merveille… le PC arrière est pris par deux fois sous un tir d'artillerie irakien… pas de dégât… Je suis inquiet, notre limite n'est couverte que par un élément léger… au fur et à mesure de notre avance, le 3e RIMa tient le terrain conquis… les prisonniers affluent… le point d'appui nord est balayé puis dépassé… en garde face au nord… Des positions d'artillerie sol-sol sont encore conquises par le 2e escadron… j'avais donné l'ordre de ne pas tirer au canon sur les pièces d'artillerie par crainte de faire exploser les éventuels obus chimiques… nous avons trouvé, plus tard, ce genre de munitions… Une partie de l'état-major de la 45e Division d'infanterie irakienne est capturée… trop de prisonniers…

       16 heures 20, tout est terminé… nous avons pris et dépassé « Rochambeau »… pas de casse. 16 heures 30, le vent de sable se lève… le général voudrait continuer au-delà de notre objectif initial… histoire de prendre de l'avance sur le programme des festivités du lendemain… je le dissuade, même si notre potentiel est encore élevé… nous avons des pleins en carburant et en munitions à faire… un jeune sous-officier de l'escadron de commandement et de logistique a traversé de nuit, sans GPS, avec une partie des citernes et des camions de munitions, toute la zone des combats, quel cran ! … importants, ces recomplètements… on ne sait pas ce que demain nous réserve…
   Je suis impressionné par cette masse de prisonniers… le 3e RIMa est très vite « consommé » par le désarmement et la « garde » de ces prisonniers… plus de six cents Irakiens sont « aux mains » de nos pelotons portés… sans compter ceux qui ont été dépassés et livrés à notre échelon logistique ou abandonnés tout simplement… on a souvent dit que les Irakiens s'étaient rendus sans combattre… j'affirme, pour l'avoir vu, qu'ils se sont battus… et qu'ils n'ont lâché prise que lorsque nous les avons submergés… j'ai vu des morts, des blessés… au total les 2e et 3e bataillons de la 841e brigade, le 2e bataillon de la 842e brigade d'infanterie, le 642e bataillon d'infanterie, un autre réduit par les US sur le point d'appui sud-ouest et d'autres… ont été mis hors de combat ce jour-là… j'ai vu des officiers, on a dit que les officiers avaient déserté… j'ai vu des soldats en bonne forme physique… contrairement aux autres troupes irakiennes qui avaient été copieusement bombardées pendant plusieurs semaines, ceux que nous avions en face de nous ne l'avaient pas été, ceci dans le but de ne pas révéler notre future manœuvre d'enveloppement par l'ouest… On a dit qu'ils manquaient de nourriture… plus tard nous avons découvert des caches remplies de vivres, etc.
       La nuit tombe… quelques ordres à préparer… à donner… les pleins à faire… quelques heures de repos… impossible de dormir…

       25 février, 5 heures 30… les tirs d'artillerie reprennent… le sol nous répercute le choc des explosions… la nuit est rouge-feu… 6 heures… notre offensive reprend… 4e RD et 3e RIMa indissociables… nous capturons de nouvelles pièces d'artillerie… griserie… sentiment de puissance et d'invulnérabilité… Le PC arrière (aux ordres du commandant en second) est pris sous un tir d'artillerie… pas de casse…contrebatterie.
  10 heures 50… « Chambord », le 1er escadron aborde et détruit une compagnie de chars irakiens en mouvement… la réserve blindée de la 45e division… huit à neuf chars soviétiques T-55, un char américain M48, un transport de troupe soviétique BTR-50 et d'autres non identifiés… au total entre douze et quinze engins détruits… magnifique et fulgurant ! Champ de mines sur notre est… décelé comment ? Mystère… pas de casse… merci mon Dieu !... Le 3e escadron contourne… je suis le mouvement dans mon VAB PC, mon char joue le chien de garde autour de nous… je me sens en totale sécurité… le VAB zigzague plusieurs fois, puis caillasses… on est secoués… je demande au pilote de rouler dans le sable et d'éviter les cailloux… l'officier opérations qui était à l'avant m'explique que nous venons d'éviter in extremis deux mines anti-chars que le vent de sable avait dégagées… je demande au pilote de continuer sur la caillasse… tant pis pour les secousses ! … Une fois encore, merci mon Dieu !
       Le terrain se resserre autour de la route, nous sommes à hauteur de « Toulouse »… As Salman n'est plus très loin… je fais passer le 3e RIMa devant… toujours des résistances le long de l'axe… le 3 déploie sa section de mortiers lourds (SML) ; c'est un peu long… le 120mm rayé fait des ravages… le général s'impatiente et me donne l'ordre de reprendre la tête… on continue à attaquer ! Je suis toujours inquiet, notre flanc droit est à découvert… je demande au 2e escadron d'assurer la flanc-garde… il n'est pas content… je le comprends, mais on n'est pas là pour se faire plaisir ! … On va trop vite… on prend des risques… on vient de réduire la valeur d'un bataillon d'infanterie. Le 3e escadron tombe sur la logistique de la division irakienne… il fait un carton… des véhicules blindés de toutes sortes et des camions brûlent de tous les côtés… deux chars sont détruits un peu plus loin… il pleut… Je réaligne mes deux escadrons de tête… nous sommes face à As Salman, il est 14 heures 05… j'ai cinq minutes de retard sur l'horaire fixé par mon général… cinq minutes de retard après huit heures de combat et une attaque sur près de soixante kilomètres ! … Je suis près de la route… je savoure cet instant fait de calme intérieur, de puissance…
Nous sommes en soutien du groupement ouest qui vient de s'emparer de l'aérodrome… les dernières résistances situées au nord du village tombent…
Je me retourne, le ciel est bas… la route derrière moi est encombrée par une nuée de véhicules alliés de toutes sortes… phares allumés ! … sur deux ou trois colonnes ! … Ils attendent mon signal pour me dépasser… surréaliste… on dirait un film de Coppola… « Texas » est maintenant ouverte au flux des troupes américaines qui vont effectuer leur manœuvre d'enveloppement.
Plus tard, on recomplète nos soutes… un de mes officiers de liaison américain vient me voir, c'est lui qui assurait le guidage au sol des avions A10… « Congratulations sir ! »… Je lui retourne le compliment…
Puis toilette succincte… linge propre… nuit calme… vent fort… impossible de dormir, deuxième nuit blanche… il y en aura encore une ou deux.

       26 février, le 3e RIMa investit As Salman dans lequel il ne reste rien de significatif… nous sommes en appui… le groupement ouest est en couverture face à l'ouest… dans l'après-midi, je fais une liaison sur le PC de la Division Daguet… le général m'embrasse ! Je téléphone à Mourmelon… histoire de rassurer… à partir de l'un de nos moyens radio… étonnant d'efficacité ce matériel…

       28 février, 6 heures 15… Cessez le feu… sentiment de fierté, mais aussi de frustration… nous étions prêts à aller plus loin… Nous restons à As Salman jusqu'au 22 mars… journalistes… interventions : le 2 mars, nous intervenons sur des fantômes… un des régiments du groupement ouest a cru voir avec ses caméras thermiques des chars dans son secteur… réunions… visites d'autorités… remise en condition… présentations de matériels (qui s'est admirablement comporté tout au long de cette « épopée »…), exercices… rapports… reconnaissances… correspondances : nous sommes submergés de courrier et de colis de toutes sortes… citations… je lutte de toutes mes forces pour que la pression ne tombe pas brutalement… prise d'armes… Champagne : le Chef d'État-Major des Armées, le général Schmitt, est venu nous féliciter avec un excellent champagne dans ses bagages… repas de cessez-le-feu (le 11 mars : « coup de rouge », foie gras, entrecôte, frites, le tout venu de France par avion spécial ; nous l'avions bien mérité !)

       Dans la nuit du 22 au 23 mars, nous décrochons… pluie, vent violent… nous traversons en sens inverse nos champs de bataille… émotion… Arabie Saoudite au petit matin.

       27 mars, nous assurons de notre propre initiative le ravitaillement d'un camp de réfugiés Irakiens… quatre à cinq mille personnes… des blessés… des enfants déshydratés… des femmes enceintes… les Saoudiens se sont très mal comportés avec eux…

       30 mars, veillée pascale… puis CRK… fatigue… chaleur… renversement de matériels… remise en condition.

       4 avril, départ du 3e RIMa… je fais aligner les quarante-quatre chars du régiment le long de la piste pour dire au revoir à nos compagnons d'armes… tout simplement.

       9 avril, début de notre mouvement retour vers Yanbu… 11 avril, après-midi… embarquement sur « L'Île de Beauté » et sur le « Rabelais ». 13 avril, Canal de Suez.

       18 avril, arrivée à Toulon dans l'indifférence générale… je n'ai pas trop le temps de m'occuper de ma fille aînée Emma qui est venue m'accueillir… mon chef direct à Mourmelon est là… il me dit : « Je suis content que vous rentriez… Si vous saviez comme c'était dur… tout ce service à assurer… toutes ces gardes… »

       19 avril, train… 20 avril, Mourmelon… Il fait très froid… Rose-Marie, mon épouse, est là… Nos familles sont là… émotion !

       Le 22 avril, une prise d'armes présidée par le général commandant le 3e Corps d'Armée marque le retour du 4e Régiment de Dragons à Mourmelon. Pour sa magnifique conduite, le 4e Dragons reçoit la croix de guerre des Théâtres d'Opérations Extérieurs avec palme. L'étendard et certains emblèmes des unités de la Division Daguet sont décorés par Monsieur Joxe, Ministre de la Défense, le 12 juillet au soir, à l'État-Major de la Force d'Actions Rapides à Maisons-Laffitte. Et pour clôturer cette extraordinaire épopée, nous défilons sur les Champs-Élysées, le 14 juillet 1991. Il pleut.

_________________
"Le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse, l'esprit de clan. Ceux-là considèrent le pouvoir ... comme un simple appendice de leurs affaires privées. Jamais dans toute notre histoire ces forces n'ont été aussi unies contre un candidat, unanimes dans leur haine à mon endroit. Et leur haine me fait plaisir." Franklin Roosevelt octobre 1936
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Greg
Admin
avatar

Nombre de messages : 1254
Date d'inscription : 04/01/2014

MessageSujet: Re: Passion Labienus   15/1/2017, 07:55

Tu devrais faire un blog Alain.

_________________
180 tentatives de forges
93 Réussites
87 echecs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anthik
Warrior-Quebec
avatar

Nombre de messages : 828
Age : 45
Localisation : Blaignan (Aquitaine )
Date d'inscription : 10/09/2014

MessageSujet: Re: Passion Labienus   15/1/2017, 16:04

quel passionné , merci de nous faire partager ça Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Labienus

avatar

Nombre de messages : 287
Age : 57
Localisation : Hesbaye en Belgique
Date d'inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: Passion Labienus   15/1/2017, 17:50

Greg a écrit:
Tu devrais faire un blog Alain.

j'ai un forum de maquettistes pour l'entraide et les conseils, ici c'est un partage d'une passion depuis l'enfance mais que j'ai stoppé pendant 28 ans pour élever mes enfants et en plus du travail et du sport je n'avais plus de temps No . Maintenant je rattrape le retard bounce

_________________
"Le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse, l'esprit de clan. Ceux-là considèrent le pouvoir ... comme un simple appendice de leurs affaires privées. Jamais dans toute notre histoire ces forces n'ont été aussi unies contre un candidat, unanimes dans leur haine à mon endroit. Et leur haine me fait plaisir." Franklin Roosevelt octobre 1936
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Passion Labienus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Passion Labienus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ma nouvelle passion : le patchwork
» Comment votre entourage vit-il votre passion?
» D'un coeur brisé naîtra une passion dévorante [Aurore]
» On reconnaît la passion à l'interdit qu'elle jette sur le plaisir
» [Arcani] Une passion qui coûte cher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Warrior-Quebec. Serveur 7 :: Vos passions-
Sauter vers: